LE REBOUSSIER JAZZ
Les vidéos de zimprod sur Dailymotion Compteur de visiteurs en temps réel
ENVOYEZ VOS LIENS ET COUPURES DE PRESSE à l' adresse ci-dessous
CONTACT : reboussier30jazz@gmail.com
Sauf avis contraire de l'expéditeur les messages reçus sur cette boite pourront être postés sur le BLOG
.

jeudi 15 mars 2018

Concert Jazz à Junas le vendredi 30 mars

Vendredi 30 mars 2018 à 20h30
Junas, Salle Polyvalente
MOWGLI TRIO + OSTAAR KLAKE QUINTET
Soirée Occijazz !
MOWGLI Bastien Andrieu : piano, claviers et machines, Ferdinand Doumerc : saxophones et flûte, Pierre Pollet : Batterie Mowgli est sauvage. Il vient du rock, du jazz, de la musique improvisée, de l’électro, mais avant tout, Mowgli est profondément libre. Il n’aime pas les étiquettes, ni les chapelles, mais défend une approche spontanée de la musique, basée sur une écriture rigoureuse mêlée à une tendance à l’improvisation. Bastien Andrieu, Ferdinand Doumerc et Pierre Pollet créent la bande-son d’un Mowgli du XXIème siècle. Eruptive, rocailleuse, haletante, la musique de Mowgli raconte des histoires de jungle moderne. Elle oscille entre sonorités urbaines et lyrisme sauvage, dépouillement abstrait et explosions incandescentes.  OSTAAR KLAKE Lina Lamont : contrebasse, voix, Fabien Duscombs : batterie, Nicolas Lafourest : guitare, Florian Nastorg : saxophones baryton et alto, Marc Démereau : saxophones baryton et soprano Quintête kaléidoscopique - deux saxophones, une guitare, une contrebasse et une batterie - formé de musiciens improvisateurs désireux de jouer ensemble une musique de l'instant. Ils prolongent une amitié musicale et humaine de plus de quinze ans et créent leur musique comme ils vivent ensemble : logomachies, empoignades, festins, malices, surprises, embuscades, voyages...À l'origine de leur musique, un matériau très « simple » et jubilatoire : la musique de Pharoah Sanders, comme prétexte pour lâcher les chevaux, les démons, les anges, et tout ce qui voudra bien surgir. Très vite, ce propos initial devient une image qui se démultiplie rapidement, sans limites. Les trouvailles exquises sur le timbre du refus de la hiérarchie instrumentale prennent place au sein d'une esthétique, plutôt naïve, plutôt primitive, plutôt jouissive. Simple sans bêtise, forte sans insensibilité. Ces 2 groupes ont été soutenu par le Réseau Occijazz, dans le cadre de résidence en 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire